• DOSSIER SANTÉ

Le sport fait pousser les neurones

12/06/2017 Le sport fait pousser les neurones

Nous le savons désormais, faire du sport aide à lutter contre les maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète et augmente même la durée de vie. Nous faisons du sport pour être en forme, pour perdre du poids ou pour nous muscler, mais encore trop peu pour notre bien-être mental. Pourtant (et c'est prouvé), l'exercice physique a un effet chimique proche de celui des antidépresseurs ; il fait même “pousser les neurones” ! Explications.

L'activité physique, clef du bien-être

Comme nous l'abordions dans un précédent billet, l'exercice physique aide à prévenir et combattre le burn-out en atténuant les effets délétères du stress. En faisant du sport, la chimie du corps change, le rythme cardiaque augmente, le sang circule mieux et avec lui les nutriments essentiels, l'oxygène, les hormones, les neurotransmetteurs. Une mécanique bien rodée qui nous fait nous sentir mieux.

Le fitness fait pousser les neurones et muscle le cerveau. Illustration par L'Appart fitness.

Mais ce n'est pas tout ! Bien que la majorité des neurones du cerveau humain soient formés avant la naissance, certaines parties du cerveau dont l’hippocampe, ont la capacité de faire pousser de nouveaux neurones à partir de cellules souches. Ce processus, appelé neurogénèse, est stimulé par des substances nutritives dont la plus active est la BDNF pour brain-derived neurotrophic factor (ou en VF, facteur neurotrophique dérivé du cerveau).  Et cette fameuse BDNF s’active pendant l’effort.

En se contractant, le muscle libère les protéines qui, grâce à la circulation sanguine, vont activer la libération de substances nutritives comme la BDNF. Ce facteur de croissance stimule la production de nouveaux neurones et aide à la survie des neurones existants. Oui vous avez bien lu, de nouveaux neurones peuvent pousser, et ce à tout âge. C'est ce que révèle un article de Cerveau & Psycho publié l'été 2016. Selon Wendy Suzuki, professeure de neurosciences à l'université de New York, l'activité physique doit être considérée comme une nécessité et non comme une option. Elle permet de stimuler le cerveau et plus on le stimule, plus il résiste au vieillissement et aux maladies dégénératives, comme Alzheimer ou Parkinson.

Quel sport et quelle fréquence ?

L'activité physique doit être aérobie, c'est-à-dire être suffisamment faible pour ne pas imposer de douleurs respiratoires ou musculaires, et durer plus de vingt minutes. Il faut que les rythmes cardiaque et respiratoire augmentent pour que le processus de libération des substances nutritives se mette en place. Une séance de running, de Grit ou de Sh'bam peut donc muscler votre cerveau en même temps que votre corps et augmenter votre capacité de mémorisation. Les sports moins cardio comme le BodyPump ou CxWorx ou même la marche ont aussi des effets positifs sur le cerveau quand ils sont pratiqués deux à trois fois par semaine.

Le mot d'ordre : se faire plaisir !

L'étude montre aussi l'importance du facteur plaisir sur les effets positifs pour le cerveau grâce à un test effectué sur des patients atteints de dépression. Divisés en deux groupes, ils ont dû pratiquer la course sur tapis trois fois par semaine pendant un mois, mais seul le premier groupe s’est vu imposer le rythme de l’effort. Résultat : les patients du deuxième groupe étaient moins dépressifs et avaient une meilleure estime d’eux-mêmes que ceux auxquels on avait imposé l’intensité de l’activité !

Le plaisir est intimement lié au niveau de motivation et à l’implication de chacun. Alors que vous soyez plutôt cardio, sport co, musculation ou bien méthodes douces, l'important est de trouver l'activité qui vous correspond. En se fixant des objectifs réalistes pour rester enthousiaste à l’idée d’aller faire du sport. Alors, prêt à muscler votre cerveau ?

Vos coachs L'Appart fitness vous attendent dans votre club pour trouver les activités qui vous conviennent.

 


Articles associés