• MIEUX VIVRE GRÂCE AU FITNESS

Le fitness pour combattre l’anorexie mentale

18/04/2018 Le fitness pour combattre l’anorexie mentale

Si l’on pense assez naturellement au sport pour perdre du poids, on fait moins souvent le lien entre fitness et guérison de l’anorexie mentale. Pourtant, la pratique du sport peut permettre de reprendre le contrôle de son corps et ainsi regagner la confiance en soi pour combattre cette maladie qui se manifeste notamment par une très grande préoccupation de son apparence physique.

Anorexie ou anorexie mentale ?

Il faut différencier l’anorexie (perte partielle ou totale d’appétit) de l’anorexie mentale (pas de perte d’appétit mais une perte du désir de manger). Cette distinction a son importance car si la première forme peut avoir des causes psychologiques (comme la dépression) elle peut aussi être causée par des maladies organiques type cancer. C’est l’un des symptômes de l’altération de l’état général (AEG).

La seconde forme quant à elle, est avant tout un trouble du comportement alimentaire (TCA). Le malade lutte contre la faim et la prise d’aliment, souvent par volonté de maigrir ou par peur de prendre du poids. C’est seulement ce second cas qui sera étudié dans cet article.

De toute façon, en cas d’anorexie (mentale ou non), il est impératif de consulter un médecin.

Une perception du corps altérée

L’anorexie mentale est très souvent liée à un problème de perception de son propre corps. La maladie commence d’ailleurs fréquemment par une diminution drastique des apports caloriques en vue d’une perte de poids, mais l’obsession des chiffres et le rejet de soi deviennent omniprésents, comme le raconte Gwendoline, adhérente L'Appart Fitness La Glacerie.

« Mon anorexie a commencé fin 2015, suite à une déception amoureuse suivie d’une dépression. À cette époque, je pesais 70 kg pour 1m70 ce qui paraît tout à fait correct mais je ne me plaisais pas. Je ne pouvais donc pas imaginer plaire à quelqu’un.

Du jour au lendemain, j’ai donc arrêté de manger des féculents, de la viande et des graisses pour n’ingérer que des légumes ou des fruits. Je ne me faisais pas vomir mais je ne mangeais que 400 à 600 calories par jour et j’ai commencé la course à pieds. J’ai alors perdu 22 kg, très vite mais je me sentais toujours aussi mal dans ma peau. J’étais coupée du monde, je me voyais toujours aussi grosse dans le miroir, je n’acceptais simplement pas mon apparence. »

La pratique du fitness peut aider en ce qu’elle aide à contrôler son poids de façon saine. Le sport permet aussi de se sentir mieux mentalement grâce à la libération d’endorphines pendant l’effort. C’est une manière de se défouler, de faire le vide et de se retrouver, ce qui peut aider à lutter contre plusieurs troubles mentaux, comme le burn-out.

Le sport permet de prendre du plaisir et de se détacher de l’idée de perdre du poids. C’est aussi un moyen de brûler des calories qui peut permettre d’éliminer les excès sans se priver de nourriture.

Quelle activité sportive pratiquer ?

Selon l’état d’avancement de la maladie, toutes les activités ne peuvent pas être pratiquées (d’où la nécessité de consulter un médecin au préalable).

En effet, à un stade très avancé (indice de masse corporel ou IMC* inférieur à 15), il est trop dangereux de pratiquer une activité physique. Le corps, trop faible, ne peut pas supporter l’effort et le risque de crise cardiaque pouvant entraîner la mort est élevé. A ce stade, il peut être nécessaire de se faire hospitaliser et une sonde diffusant les calories vitales est alors posée pour aider le patient à reprendre des forces.

Avec un IMC de 17, il est possible pour les personnes souffrant d’anorexie de reprendre une activité sportive. Le yoga est une méthode douce idéale pour débuter. Cette discipline créée dans l’Antiquité par les populations indiennes pour se libérer de la souffrance est aussi bonne pour l’esprit que pour le corps.

La musculation peut aussi être un bon moyen de se dépasser et permet de brûler moins de calories qu’une activité cardio, mais au contraire de construire du muscle et de tonifier son corps. Dans ce cas, il est important de quitter la balance des yeux car les kilos vont remonter avec la prise de masse musculaire. Dans un autre temps, le muscle (gourmand en calories) aura tendance à consommer plus d’énergie qu’un corps qui en serait dépourvu. C'est cette voie qu'a choisie Gwendoline.

"J’ai commencé le fitness à mes 15 ans avec mes parents. Ma mère voulait que je reprenne goût à la vie, et j’ai tout de suite compris que c’est ce que je voulais faire, comme une évidence. Si au départ, c’était dans l’idée de continuer à perdre du poids, j’ai vite pris du muscle et trouvé une nouvelle motivation. Avec Instagram, j’ai découvert la musculation et je me suis inspirée du parcours de certaines influenceuses. Je me suis découvert une vraie passion.

J’ai ensuite changé de salle pour m’inscrire à L’Appart Fitness et en l’espace d’un an, j’ai pris plusieurs centimètres de muscles (répartis dans tout mon corps, même les pecs qui comptent aussi pour les filles !).

Aujourd’hui je me sens mieux dans ma peau, j’ai de nouveaux objectifs et de nouvelles inspirations comme Cassandra Martin. Pour moi, le fitness a été comme un déclic, un remède. Dans ce domaine, je me sens plus à l’aise je rencontre des gens et découvre de nouveaux points de vue."

Si la pratique du fitness peut aider à se sentir mieux, il faut veiller à ne pas passer d’une obsession à l’autre. Le sport doit avant tout être un plaisir. Aux clubs de L’Appart Fitness, des coachs sont présents pour vous conseiller et vous orienter vers l’activité idéale. Cette présence ne doit en aucun cas venir en remplacement de la consultation d’un médecin si nécessaire.

Pour aller plus loin

Deux témoignages intéressants sur le combat de l’anorexie par le sport.

  •  Le yoga contre les TCA.

 

* Pour calculer son IMC, il faut diviser le poids (en kg) par le carré de la taille (en m). Un IMC normal se situe entre 18,5 et 25.

Un grand merci à Gwendoline, adhérente L’Appart Fitness d’avoir accepté de témoigner dans cet article ! :)

 

 


Articles associés